Jeunesse

Les Petites Reines de Clémentine Beauvais

Les-petites-reines-620x987Titre: Les Petites Reines

Auteur: Clémentine Beauvais

Éditions: Sarbacane

Date de parution: 1 avril 2015

Récompensé par de nombreux prix, en particulier le prix Sorcières 2016 et élu meilleur livre jeunesse de 2015 par le magazine Lire, ce roman de Clémentine Beauvais est nommé pour le prix des Incorruptibles. Sa couverture chatoyante et les excellentes critiques que l’on peut lire çà et là m’ont conduite à acheter ce roman.

A la fin de l’année scolaire, trois jeunes filles, Mireille, Astrid et Hakima, découvrent sur Facebook qu’elles ont été élu boudins de l’année par des camarades crétins. Poussées toutes les trois par des motifs différents, elles décident de gate-crasher la garden-party donnée par la présidente de la République pour le 14 juillet à Paris. Afin de rejoindre Paris, elle choisissent d’enfourcher leur vélo et de vendre des boudins en route pour financer leur expédition.

Clémentine Beauvais signe un roman dynamique, frais et joyeux. Avec un humour fracassant et toujours franc, l’auteur aborde le sujet complexe de l’apparence chez les adolescents. Le lecteur a l’habitude de suivre une héroïne mal dans sa peau mais qui se révèle finalement très jolie au terme d’un parcours initiatique. Or, ce roman déjoue toutes nos attentes. Ces trois jeunes filles ne sont pas belles, et ce, du début à la fin. Et l’expédition à vélo n’est pas le prétexte à un message sur l’amaigrissement par le sport. C’est la grande force de ce roman: ne jamais tomber dans le pathos et dans la facilité. Sans concession, le roman tisse différents sujets: le féminisme, la famille, la cruauté des rapports adolescents, les réseaux sociaux. Le récit s’ancre dans une réalité très contemporaine grâce à des tweets et des citations de Tripadvisor fictifs et fait souvent référence à l’actualité politique, toujours avec ce regard décalé, ce pas de côté jouissif.

La fin a réussi à me surprendre en proposant une scène mature et qui ne tombe jamais dans le mièvre et le sentimentalisme. La morale reste, à mon avis, implicite et positive. C’est pour cette raison que ce roman est un véritable coup de cœur.

5livrecoeurcoup de coeur

Publicités

2 réflexions au sujet de “Les Petites Reines de Clémentine Beauvais”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s