Jeunesse

Ma cousine et moi, on a refait le monde de Alex Cousseau et Nathalie Choux

couv-ma-cousine-et-moiTitre: Ma cousine et moi, on a refait le monde

Auteur: Alex Cousseau et Nathalie Choux

Éditions: Sarbacane

Date de parution: 2017

Avec cette chronique sur un album, je ne voudrais pas marcher sur les plates-bandes de mon amie du blog Un enfant qui lit, blog-caverne d’Ali Baba en matière de littérature de jeunesse. D’ailleurs c’est elle qui a mis cet album entre mes mains au salon Blog’in Tours auquel nous participions toutes les deux.

Tout commence dans un monde en noir et blanc, couleur zèbre. Dans ce monde d’adultes, tout est interdit et sous contraintes. Ce monde est si triste que le narrateur, un petit zèbre plein d’imagination, décide de changer le monde et d’y introduire de la couleur, de la créativité et de la douceur. Le monde prend alors une toute autre allure et un tout autre sens.

Cet album se présente presque comme un conte philosophique. Le petit zèbre avec sa naïveté enfantine rappelle au lecteur adulte que l’avenir de notre monde se trouve entre les mains des enfants. Or l’imaginaire et le bon sens naturel des enfants met en oeuvre un monde utopique où tout est partage, respect de la nature et fraternité. Cet album s’inscrit donc autant dans la lignée des contes voltairien – l’ironie en moins – que dans celle des livres de développement personnel à la mode en ce moment. J’ajouterai que l’album a un petit côté rousseauiste puisqu’il part du principe que l’homme, et surtout l’enfant, est bon par nature.

Pour moi, le plus réussi dans cet album, ce sont les dessins et l’histoire qu’ils créent en plus du texte. Par exemple, il faut remarquer que dans les premières pages, le petit zèbre, héros de l’histoire apparaît toujours en décalage avec l’univers noir et blanc du « monde d’avant ». Les premières pages sont construites sur le motif de l’alternance de lignes noires et blanches comme autant de barreaux. Or, le petit zèbre introduit le cercle avec ses bulles ou encore la couleur avec les flaques d’eau sous ses sabots. Puis progressivement son corps va prendre le relai et se couvrir de cercles colorés. A partir de ce moment-là, les pages se remplissent de couleurs vives et enfantines: rose, bleu, jaune, vert… Certaines planches mettent en dessins les métaphores poétiques du texte, ce qui m’a parfois fait penser à un univers un peu surréaliste, où la poésie surgit de l’association incongrue d’éléments disparates. Le nouveau monde du petit zèbre se construit au fil des pages avec des personnages en mouvement. Chaque page est une telle mine de trésors visuels qu’il me faudrait des pages et des pages pour vous dire tout ce que j’ai pu y voir.

Si vous aimez les histoires colorées et les utopies optimistes, si c’est votre foi en la jeunesse et en un monde meilleure que vous voulez transmettre à vos enfants, cet album est fait pour vous.

5livrecoeur

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s