Evénements, Festival, On est rendu à Loches, Théâtre

Les Bellilo’scènes (saison 2): Retour sur les trois spectacles.

Je m’y prends peut-être un peu tard pour faire le compte-rendu des trois spectacles du festival Bellilo’scènes, mais le temps était « un peu court (jeune homme) » pour réussir à rédiger correctement mes impressions directement au sortir de la salle. La blogueuse Eimelle Laure a parfaitement réussi ce challenge et vous pouvez aller lire son avis sur l’une des pièces.

rond_2Les Miettes, Jeudi 31 Mai – 20h00 – La Guinguette Les Javanaises. Texte et mise en scène de Vica Zagreba, avec Christopher Bayemi, Stéphane Lanson, Stélios Lazarou, Amandine Sroussi, Vica Zagreba.

Dans Les Miettes, le spectateur est invité à assister à un drôle de stage de théâtre. Le stage s’annonce mal: la metteuse en scène n’est pas la grande star attendue et elle est accompagnée par un musicien dont les notes mettent les stagiaires en transe, un peu comme le joueur de flûte de Hamelin. Les trois stagiaires présentent des profils très différents: un animateur sportif qui doit se reconvertir en animateur culturel, une ancienne étudiante de sciences-po qui veut prendre confiance en elle, un comédien professionnel dont la carrière a connu quelques dérapages.

Au fil des exercices d’échauffement, les acteurs se lâchent et évoluent et, magie du théâtre, emportent le spectateur dans leurs délires. Deux scènes majeures de Cyrano de Bergerac, la tirade du nez et la scène du balcon, sont l’occasion de mises en scène rythmées et originales. Le tout donnait une pièce dynamique et très drôle pendant laquelle on n’a pas le temps de s’ennuyer.


les_vibrants_2 (c) Jean-Christophe Lemasson
(c) Jean-Christophe Lemasson

Les Vibrants, Vendredi 1er juin- 20h30 – Espace Agnès Sorel – 37600 Loches. Texte D’Aïda Asgharzadeh, mise en scène Quentin Defalt, avec Aïda Asgharzadeh , Benjamin Brenière, Matthieu Hornuss et Amélie Manet.

Eugène est un soldat envoyé au front en 1914. Blessé par un éclat d’obus, il perd la moitié de son visage. Grâce à Sarah Bernhardt, et à Cyrano de Bergerac, Eugène va avancer sur le chemin de la résilience.

La pièce était simplement splendide à la fois visuellement et narrativement. La pièce aborde le sujet délicat de l’identité, détruite et morcelée par la violence de la guerre. Le théâtre, avec ses jeux de masques, permet paradoxalement de renouer avec son identité. Le jeu avec les rideaux permet de délimiter des espaces à la fois géographiques et temporels. L’usage du son enrichit considérablement la force de la pièce, plongeant le spectateur au coeur de la guerre ou de la douleur d’Eugène. Tous les tissus, rideaux comme robes et pantalon sont maculés d’une sorte de rouge. Cela m’a évoqué le sang dans lequel ont pataugé les soldats et les infirmières. Mais aussi, bizarrement, le sang de la vie, celui de la maternité. Bref, une pièce bouleversante qui devrait être vue par tous, et surtout par les jeunes.

« Nous sommes des vibrants, Eugène. Des vibrants ! Notre vraie vie, à nous, elle est là-bas, pas ici. Là-bas, dans le foyer incandescent de toutes les passions vécues ou rêvées. »


cyrano-visuel1Dans la peau de Cyrano, Samedi 2 juin- 20h30 – Espace Agnès Sorel – 37600 Loches. Texte et Interprétation : Nicolas Devort. Direction d’acteur : Clotilde Daniault

Nicolas Devort interprète près de sept personnages à lui seul sur scène. Dans un rythme millimétré, avec son époustouflante performance d’acteur, il nous entraîne dans une histoire drôle et émouvante, nous faisant passer du rire au larme en un clin d’oeil. Colin, jeune collégien qui fait sa rentrée dans un nouveau collège découvre de nouveaux camarades, tombe amoureux et rencontre un enseignant qui va le pousser à se dépasser. Les personnages, croqués sur le vif, sont plus vrais que nature.

Cette pièce est une bouffée d’air frais. Positive, sensible et pleine de vie, elle nous montre que le théâtre et l’art sont essentiels à la vie et à la construction des jeunes. Incarner un personnage, l’apprendre, le comprendre permet d’en intégrer les valeurs, de s’en faire un modèle et un compagnon pour les moments difficiles de la vie. Le panache de Cyrano reste éternellement une source d’inspiration.

Vivement la prochaine édition!

signature

Publicités

1 réflexion au sujet de “Les Bellilo’scènes (saison 2): Retour sur les trois spectacles.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s