Contemporain

La Chambre des merveilles de Julien Sandrel

LRM_EXPORT_243107723866062_20190630_225132513

Titre : La Chambre des merveilles

Auteur: Julien Sandrel

Éditions: Livre de poche

Date de parution: mars 2019

dans le cadre du Prix des Lecteurs Livre de poche 2019

J’avais gardé le roman de Julien Sandrel pour la fin du mois. Avec sa couverture colorée et joyeuse, je m’étais dit que ce serait idéal de finir sur une touche légère. Malheureusement, malgré les promesses de la bande promotionnelle, je n’ai ni ri ni pleuré à sa lecture.

Le fils de Thelma, Louis, est renversé par un camion. Le jeune garçon est plongé dans le coma et les médecins ne sont pas vraiment optimistes. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur. Thelma, effondrée, découvre sous le lit de son fils un carnet où il consigne tous ses rêves. Elle décide de les réaliser un par un dans l’ordre et des les raconter à son fils pour lui donner envie de revenir.

Rien que le sujet et les promesses de rire et de larmes auraient dû m’alerter. Je ne suis pas un public facile en ce qui concerne la littérature « légère » et optimiste. J’ai tout à fait vu où se trouvaient les éléments comiques et où se situait l’émotion mais rien à faire, cela n’a pas pris une seule seconde.

D’abord je n’ai pas adhéré aux personnages. Thelma, mère célibataire, battante, submergée par le travail et ses soucis personnels se trouve complètement jetée à terre par le tsunami provoqué par l’accident de son fils. Elle se remet en question et opère un virage à 360° dans sa vie. Mais justement, j’ai trouvé que c’était trop rapide, trop facile, trop évident. Quant à Louis, l’auteur utilise le « truc » du jeune à haut potentiel pour faire parler son personnage de douze ans comme un adulte. Et le comique de l’explication de mots familiers « jeunes » comme running gag était lassant.

En fait, le pire pour moi, au-delà des clichés qui arrivent avec leur gros sabots, c’est justement que ce roman sent la facilité à plein nez. Thelma est une working-girl aisée qui touche le pactole dans un esprit #metoo. Même les rêves de ce jeune Louis sont ceux d’un jeune parisien aisé. Et ça m’agace. Tout le monde n’a pas les moyens de sauter dans le premier avion pour Tokyo ou Budapest. Ce n’est pas tant que le personnage soit une parisienne aisée le problème, c’est que son mode de vie manque singulièrement d’universalité. Car justement cela rend tout trop facile. Mais c’est peut-être là que se situe la nature même du roman: l’improbable est propre aux contes. Il aurait fallu que je le considère comme tel.

On pourra me dire que c’est justement l’objectif de ces romans: faire rêver, être légers et faciles mais non dénués d’émotion. Pourtant, pour adhérer aux propos et aux personnages, il faut un peu s’y reconnaître. Et j’aurais préféré voir une mère qui fait preuve de plus de créativité et de combativité. J’ai bien vu que l’auteur abordait des thèmes intéressants (le temps dévoré par le travail, le harcèlement sexuel au travail, les relations entre les générations, etc…) mais de façon trop superficielle pour moi.

Je suis un peu « chonchon » mais si vous n’êtes pas difficile comme moi et que la facilité ne vous refroidit pas, alors ce roman vous fera passer sans aucun doute un bon moment.

2livrecoeur

signature

Publicités

3 réflexions au sujet de “La Chambre des merveilles de Julien Sandrel”

  1. J’attendais cette chronique avec impatience. Je suis meilleur public et j’avais bien aimé cette lecture pleine de bons sentiments. Il faut croire que « la facilité ne me refroidit pas ». Encore qu’il y a beaucoup de ficelles qui m’agacent, mais ce ne sont pas celles-ci.
    Bisous,
    Maeve

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s