De la vulgarisation en littérature

Quand je prépare mes cours et que je cherche des ressources, je me heurte toujours au même problème : le manque de vulgarisation en littérature. Alors qu’on trouve toutes sortes de ressources innovantes, intelligentes et souvent amusantes en histoire, en philosophie, en sciences, il y a assez peu de choses convaincantes en littérature. Attention, je ne dis pas qu’il n’y a rien mais la vulgarisation littéraire se heurte finalement à la nature même de la littérature, le texte.

Que trouve-t-on actuellement ?

En général, on trouve assez facilement deux sortes de contenu sur la littérature : les comptes-rendus de lecture et les biographies d’auteur. Les comptes-rendus de lecture développent plus ou moins un propos personnel sur la réception de l’œuvre. Le jugement relève le plus souvent du goût et s’attarde en général sur l’intrigue et les personnages. Parfois, pour les comptes-rendus les plus qualitatifs, l’œuvre sera contextualisée ou discutée. Les biographies d’auteur, quant à elles, se rapprochent du documentaire d’histoire. Il s’agit de retracer la vie de l’artiste mais l’écueil reste souvent de faire de cette biographie une somme d’anecdotes croustillantes sans réelle dimension réflexive.

On trouve en général un troisième type de contenu sur la littérature : l’analyse scolaire d’œuvre. Ce contenu, qualitatif, prend une apparence très scolaire et regarder ces vidéos revient à assister à un cours, support visuel en plus. Il ne s’agit cependant pas, pour moi, de vulgarisation mais de contenu parascolaire. Et quitte à chercher des ressources différentes, je ne vais pas proposer aux élèves un double de mon cours.

Exemple de contenu parascolaire :

On peut trouver des contenus qui analysent une œuvre ou une thématique de façon pertinente. Dans ce cas, la vidéo ou le podcast seront plutôt longs. En effet, développer un propos illustré et clair prend du temps. Ces contenus sont très rares et difficilement accessibles à des élèves peu intéressés, peu curieux ou simplement en difficulté dans le domaine. Il faut aussi noter que des contenus innovants et percutants ne sont pas toujours bien reçus par les élèves. Ainsi l’humour et le grain de folie du Mock laissent totalement indifférents mes élèves alors que je trouve leurs vidéos formidables.

Un exemple de vulgarisation réussie mais qui ne parle pas toujours aux lycéens

Quelques hypothèses pour expliquer le manque de vulgarisation littéraire

La littérature a plusieurs « handicaps » pour la vulgarisation. D’abord, elle s’appuie sur du texte et le texte, c’est difficile à mettre en scène. Contrairement à l’histoire et à l’histoire des arts, la littérature ne s’appuie pas sur des documents visuels. Au mieux, on peut utiliser des scènes d’adaptation cinématographique mais cela reste un contournement du problème. On pourrait me rétorquer qu’il y a de très bons contenus de vulgarisation de la philosophie alors que la philosophie c’est du texte. C’est vrai mais la philosophie ce sont aussi des concepts. Un concept, cela peut s’expliquer et se raconter. Les concepts en littérature existent mais les auteurs s’efforcent en permanence d’en sortir. En littérature, ce qui compte ce sont les mots et leur utilisation. A un moment, si on veut parler littérature, il faut aller au texte et mettre les mains dans le cambouis.

Le deuxième handicap c’est l’image qu’on a de la littérature : en général, ce qui intéresse surtout c’est l’histoire, les personnages, les émotions. Or l’étude littéraire porte son regard sur l’esthétique dégagée par le texte et cela peut apparaître comme assez austère ou bien comme complètement injustifié. Il y a donc un travail de justification de l’analyse à mener, selon moi.

Dernier handicap, et pas des moindres : la littérature résiste aux raccourcis. C’est vrai pour toutes les disciplines me direz-vous, ce qui est exact. Mais comme la littérature a justement pour vocation de jouer avec les codes, les limites, les catégories, elle échappe à tout formatage. Donc soit on généralise au risque de la caricature soit on se perd dans les subtilités. Il faut tenir un équilibre précaire. Et je pense que j’y suis d’autant plus sensible que j’ai des connaissances dans le domaine.

Quelques liens qui pourraient vous intéresser :

Et vous, vous avez des ressources à me proposer ?

2 réflexions sur “De la vulgarisation en littérature

  1. Très intéressante chronique. Cela me donne à réfléchir sur ce que je cherche sur les blogs auxquels je suis abonné et également à ce que je cherche à transmettre à travers mon blog. Je n’ai pas la prétention de faire l’analyse de l’oeuvre mais de dire ce que je retiens de l’histoire, du contexte. Surtout rendre hommage à la littérature. Merci pour cette approche bien claire !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s