Contemporain

Ces rêves qu’on piétine de Sébastien Spitzer

LRM_EXPORT_93072068019442_20190407_202746146

Titre : Ces rêves qu’on piétine

Auteur: Sébastien Spitzer

Éditions: Livre de poche

Date de parution: janvier 2019

dans le cadre du Prix des Lecteurs Livre de poche 2019

Nouvelle sélection pour le Prix du livre de poche avec ce titre en compétition pour le mois de mars. Oui… je suis à la bourre.

C’est la fin de la guerre, en avril 1945. Berlin est assiégée et Hitler s’enterre dans son bunker avec tous ses proches dont Magda Goebbels, la femme le plus puissante du IIIe Reich. Ailleurs, les camps sont vidés et nettoyés: Judah, Fela et Ava échappent momentanément aux massacres. Dépositaires de lettres d’un certain Richard Friedländer, ils emportent avec eux la mémoire des camps.

Lire la suite « Ces rêves qu’on piétine de Sébastien Spitzer »

Publicités
Contemporain

Le Réseau Corneille

follett le réseau corneille

Titre : Le Réseau Corneille

Auteur: Ken Follett

Éditions: Robert Laffont

Date de parution: 2002

Lecture par Caroline Klaus pour Audiolib.

Ce mois-ci Audible m’a proposé de découvrir un roman de Ken Follett. Cela attiré mon attention parce que j’ai beaucoup entendu parler de l’auteur des Piliers de la Terre. J’étais donc curieuse de découvrir un de ses romans.

A la fin de mai 1944, les alliés préparent le débarquement sur les côtes normandes. Dans le château du village de Sainte-Cécile, près de Reims, les Allemands ont installé un central téléphonique stratégique. Après une attaque ratée du central par la résistance, Betty Clairet, major de l’armée anglaise, veut organiser une nouvelle tentative. Cette fois, l’équipe ne serait composée que de femmes: le réseau Corneille. Ce commando hétéroclite et amateur va devoir déjouer les pièges tendus par un agent de renseignement nazi.

Lire la suite « Le Réseau Corneille »

Contemporain

Les Enfants de la liberté, Marc Levy

les enfants de la libertéTitre: Les Enfants de la liberté

Auteur: Marc Lévy

Éditeur: Pocket

Date de parution: 2007

 

Quand on prononce le nom de Marc Lévy, on constate souvent chez l’interlocuteur qui se pique d’aimer la « grande » littérature un froncement de nez marquant le mépris.

Cependant, moi qui me pique aussi d’aimer la littérature, j’avoue sans honte avoir lu Et si c’était vrai deux fois et d’avoir versé ma larme à chaque fois. Donc j’ai abordé Les Enfants de la liberté sans a priori, d’autant qu’il s’agissait d’un cadeau.

Ce roman met en scène comme narrateur Raymond Lévy, le père de l’auteur, surnommé Jeannot à partir du moment où il entre en résistance. C’est avec son frère Claude qu’il rejoint la brigade « Marc Langer » des MOI (Main-d’œuvre Immigrée) toulousains. Dans la première partie, Raymond raconte les différentes actions qu’il mène contre l’armée occupante. La deuxième partie s’ouvre après l’arrestation de Raymond. Il est alors conduit en prison. Enfin, la troisième partie raconte sa déportation vers Dachau, dans un interminable périple en train.

Sans trouver ce roman d’une qualité incroyable, il a au moins le mérite de présenter un aspect moins connu de la résistance: celle des Juifs et des étrangers. J’ai aussi découvert ce qui pouvait se passer en prison, comment on traitait les prisonniers. J’ai particulièrement apprécié les prolepses qui nous indique l’avenir des différents personnages qui apparaissent. Certaines sont rassurantes, d’autres absolument abjectes mais toutes significatives du contexte de guerre…Ce n’est pas seulement un récit de guerre mais surtout celui de jeunes gens au désir d’avenir enfermés dans la guerre.

En quelques mots, ce n’est pas un chef-d’œuvre mais le récit est émouvant, dynamique et on y trouve de très jolies formules:

« J’avais du temps dans mes poches » (p.11)

Et vous, vous aimez Marc Lévy?

3livrecoeur