Jeunesse, Réceptions

Socrate président! de Yan Marchand et Yann Le Bras

socrate_president_couverture_ok_2_moTitre: Socrate président!

Auteur: Yan Marchand

Illustrateur: Yann Le Bras

Éditions: Les Petits Platons

Date de parution: avril 2017

J’ai eu le plaisir de découvrir la maison d’éditions Les Petits Platons, éditeur de livres de philosophie pour les enfants, à travers Socrate président! Ce qui m’a d’abord interpellée c’est bien évidemment la couverture: il me semblait avoir reconnu ce personnage à mèche blonde. Puis sur la quatrième de couverture, j’ai vu apparaître les noms de Socrate et de Gorgias. Or, le Gorgias de Platon a participé à mon initiation en philosophie au lycée et reste en moi comme une ancre.

Le Tartare se remplit sans cesse alors que l’Île des Bienheureux reste désespérément calme. Minos, le roi des Enfers, décide de renvoyer Socrate sur Terre pour qu’il rende les hommes bons et justes. Pour plus d’efficacité, il lui adjoint Gorgias, l’éloquent sophiste grec. Objectif: faire élire Socrate président. Mais tout ne se passe pas comme prévu.

Lire la suite « Socrate président! de Yan Marchand et Yann Le Bras »

Publicités
Contemporain, Réceptions

Victor Hugo vient de mourir de Judith Perrignon

victor hugo vient de mourirTitre : Victor Hugo vient de mourir

Auteur : Judith Perrignon

Éditions : Pocket

Date de parution: janvier 2017

Le 22 mai 1885, Victor Hugo meurt à 83 ans. La Troisième République décide de lui rendre hommage, le 1er juin 1885, par des funérailles nationales et par le transfert de sa dépouille au Panthéon, rendu pour l’occasion à sa fonction laïque. Ce roman retrace donc les dix jours qui ont séparé la mort de l’écrivain de la grande fête républicaine.

Lire la suite « Victor Hugo vient de mourir de Judith Perrignon »

antiquité, Contemporain

La villa du crépuscule de Jesse Browner

la villa du crépuscule« Dépêche-toi de vivre, dit la Mort. J’arrive. »

Titre: Villa du crépuscule

Auteur: Jesse Browner

Éditions: Libretto

Date de parution: 3 janvier 2017

Pétrone doit mourir car il sera bientôt condamné par Néron. Il a donc prévu de se suicider lentement au cours de son dernier banquet. C’est l’occasion pour lui d’essayer de composer sa réputation posthume. Durant cette longue nuit, Pétrone va suivre le fil de sa mémoire et à l’aide de la philosophie tenter de lutter contre la vie qui s’accroche.

Lire la suite « La villa du crépuscule de Jesse Browner »

antiquité, Réceptions

Libérez le Romains qui est en vous de Jerry Toner

libérez le romainTitre: Libérez le Romain qui est en vous

Auteur: Marcus Sidonius Falx/Jerry Toner

Editions: P.U.F.

Date de parution: 8 mars 2017

Dans ce guide pratique, Marcus Sidonius Falx vous révèle tous les secrets pour devenir un véritable Romain: comment faire fructifier son patrimoine? Comment bien se marier? Comment gouverner sa famille? Comment honorer les dieux?

Quelle idée originale a eu Jerry Toner, un universitaire spécialiste d’histoire romaine! Il donne la parole à Marcus Sidonius Falx, un Romain fictif à la mentalité impériale. Sur le modèle des livres de développement personnel, à la mode en ce moment, Marcus nous propose un guide organisé de sa conception de la société romaine. Sur le ton du conseil, le patricien romain donne un aperçu du quotidien des Romains du premier siècle après J.-C. Chaque chapitre est complété par les commentaire de Jerry Toner qui précise des sources littéraires et historiques qui vérifient les indications de Marcus.

Lire la suite « Libérez le Romains qui est en vous de Jerry Toner »

Contemporain, Non classé

La Chouette effraie de Christian Wasselin

la chouette effraieTitre: La Chouette effraie

Auteur: Christian Wasselin

Éditions: Les Soleils bleus

Je dois bien avouer que je me trouve très déconcertée. Très, très déconcertée.

J’ai reçu le roman La Chouette effraie de Christian Wasselin à l’occasion d’une opération Masse Critique sur Babelio. Je remercie donc Babelio ainsi que les Soleils Bleus Éditions pour cet envoi généreux.

Voici comment est présenté le roman par son éditeur:

« Alors que la Vieille-Bourse de Lille est le lieu d’étranges complots, le négatif d’un film intitulé Gioconda est dérobé pour le compte d’un cinéaste jaloux. La cantatrice qui interprète l’air principal du film est à son tour enlevée, cependant qu’un riche propriétaire revenu de tout fait de son domaine en ruines un repaire de mercenaires puis une prison où sont retenues plusieurs femmes innocentes. Certaines en mourront.

La Chouette effraie est un théâtre de la cruauté qui met en scène Lille et son Opéra en proie à la mélancolie, Paris qui se dérobe, mais aussi la douceur ambiguë des rues de Lisbonne, l’Amazonie proliférante et les canaux rêveurs du marais audomarois. On y passe de la candeur (feinte) aux mises à mort spectaculaires, le récit et sa parodie s’y donnent la main, mais le cynisme ne parvient pas tout à fait à bout de l’enthousiasme éprouvé au contact de l’art.

Cambriolages burlesques, poursuites et vengeances loufoques se mêlent aux souvenirs du roman noir américain et du gothic novel. Habité d’héroïnes sacrifiées, de faux artistes, de vrais imposteurs et d’automobiles aux chromes luisants, La Chouette effraie célèbre, dans un mélange de drame comique et de dérision attristée, l’inaltérable beauté des œuvres qui résistent aux pires traitements. »

Alléchant n’est-ce pas?

Dans ce roman, on retrouve tous les éléments des vieux polars, surtout cinématographiques: une ambiance brumeuse et nocturne, des femmes splendides et sensuelles dans des robes fourreaux, des bandits et des voitures chromées le tout sur une bande originale jazzy. L’auteur, musicographe, nous donne les références précises des musiques que les personnages prennent plaisir à écouter. Le lecteur peut alors faire de même pour se couler dans l’ambiance. Le récit ne se situe d’ailleurs pas dans une époque précise. Il s’agirait d’une sorte d’uchronie, de passé fantasmé et de futur politique étrange. Quant au cadre spatial, le roman nous fait arpenter les rues de Lille et de sa province marécageuse. L’ensemble du roman a un aspect extrêmement visuel et musical, presque cinématographique, ce qui tombe bien puisqu’il s’agit d’un des thèmes du roman: le vol du chef d’oeuvre Gioconda.

Pour moi, plus qu’un polar, il s’agit d’une sorte de roman de genre: il se donne toutes les apparences du polar mais… n’en est pas un. Parce qu’autant vous le dire tout de suite, si vous cherchez une enquête, vous n’en trouverez pas. Du moins pas vraiment. C’est là toute l’étrangeté de ce roman. Il vous jette sur une piste, puis sur une autre. Vous essayez vainement d’identifier dans quel univers vous êtes, quels sont les enjeux de l’histoire, quelle est l’intrigue. Le roman est à l’image de ce que vivent les personnages: une labyrinthe sans issue. Il faut aussi s’attendre à une certaine forme de violence attachée au genre du polar et du gothique. Et cette violence, essentiellement exercée contre les femmes et le plus souvent gratuite, m’a vraiment dérangée car on y sent une forme de plaisir à la fois chez les personnages et chez le narrateur.

Ce roman s’apparente donc à un pastiche, ou plutôt à un patchwork de pastiches. Certains passages construisent un univers gothique, d’autres un univers de polar, d’autres encore une sorte d’uchronie désenchantée, une critique de la politique, voire une dystopie inquiétante. Or tout cela n’est pas lié par une intrigue solide. Attention, je ne veux pas dire que le roman n’est pas construit. Au contraire, il est rigoureusement construit, comme une mélodie. Les personnages y apparaissent progressivement pour tisser une symphonie jusqu’à l’acmé puis disparaissent aussi progressivement qu’ils sont venus, exactement entre la disparition et la réapparition de Gioconda. D’ailleurs, je me demande si on peut dire qu’il y a un personnage principal. Les personnages ne semblent pas importants. Leur psychologie est ébauchée mais pas approfondie comme s’ils n’étaient que des instruments au service d’autre chose. Et s’il y a une morale à ce roman, qui semble en être bien dépourvu, c’est que l’art triomphe de tout, il est La morale.

Ce roman n’est rien de ce qu’on attend car il est l’expression d’un pur plaisir d’écrire. Il joue de mise en scène, de lieux évocateurs, de scènes attendues. C’est avec une langue joueuse, toujours légèrement ironique qu’il taquine son lecteur à grand coup d’envolées lyriques ou stylistiques.

Quand je vous disais que j’étais déconcertée!

3livrecoeur