Jeunesse, Un été avec Balzac

Mistigris et Monsieur de Balzac d’Isabelle Lamy et Camille Carreau

le chat mistigris

Vous avez de jeunes enfants et vous voulez leur faire découvrir l’univers balzacien et le château de Saché mais cela vous semble un peu ambitieux (même si on sait que votre petit est évidemment le plus brillant enfant que vous connaissiez), alors j’ai la solution! Le château de Saché a produit un charmant album jeunesse avec les éditions Les Milles univers.

Lire la suite « Mistigris et Monsieur de Balzac d’Isabelle Lamy et Camille Carreau »

Publicités
Classique, Un été avec Balzac

Le Père Goriot de Balzac

le père goriot 2

Deuxième Everest de mon été avec Balzac, Le Père Goriot m’a toujours semblé inaccessible. Bêtement, comme une majorité de personnes, je me suis imaginé que ce roman serait ennuyeux, long et rempli de descriptions. Eh bien, j’avais tout faux!

A la pension Vauquer se côtoient Eugène Rastignac, jeune étudiant ambitieux, Vautrin, un homme mystérieux et le père Goriot, souffre-douleur de la pension. Dans ce lieu misérable, loin des quartiers parisiens flamboyants, couve un drame émouvant et cruel, celui d’un père victime des caprices de ses filles et de sa trop grande générosité.

Lire la suite « Le Père Goriot de Balzac »

Classique, Un été avec Balzac

Les lions chez Balzac

Dans cet article, je tente de faire un point sur le lion chez Balzac. Je ne prétends pas tout savoir ni maîtriser le sujet. Je vous fais plutôt part de quelques réflexions et informations sur le sujet pour aiguiser votre curiosité.

Scènes_de_la_vie_privée_et_publique_des_animaux,_tome_1_0588.jpg
Granville, illustration pour Voyage d’un lion d’Afrique à Paris

Dans sa célèbre préface à la Comédie humaine, Balzac établit un parallèle entre les animaux et les hommes. Sur le modèle des scientifiques, il décide d’étudier les espèces sociales chez l’homme.

Il n’y a qu’un animal. Le créateur ne s’est servi que d’un seul et même patron pour tous les êtres organisés. L’animal est un principe qui prend sa forme extérieure, ou, pour parler plus exactement, les différences de sa forme, dans les milieux où il est appelé à se développer. Les Espèces Zoologiques résultent de ces différences.
Pénétré de ce système bien avant les débats auxquels il a donné lieu, je vis que, sous ce rapport, la Société ressemblait à la Nature. La Société ne fait-elle pas de l’homme, suivant les milieux où son action se déploie, autant d’hommes différents qu’il y a de variétés en zoologie ? Les différences entre un soldat, un ouvrier, un administrateur, un avocat, un oisif, un savant, un homme d’état, un commerçant, un marin, un poëte, un pauvre, un prêtre, sont, quoique plus difficiles à saisir, aussi considérables que celles qui distinguent le loup, le lion, l’âne, le corbeau, le requin, le veau marin, la brebis, etc. Il a donc existé, il existera donc de tout temps des Espèces Sociales comme il y a des Espèces Zoologiques.

Avant-propos de la Comédie humaine

Une des espèces en question est celle des dandies-arrivistes. Or, dans le vocabulaire du XIXe siècle, le dandy est aussi appelé « lion ». Attention! Comme l’apprend le prince Léo dans Voyage d’un lion d’Afrique à Paris, le lion parisien se prononce Laianne, comme en Angleterre.

Lire la suite « Les lions chez Balzac »

Classique, Un été avec Balzac

Peines de coeur d’une chatte anglaise de Balzac

peines de coeur

Première lecture de mon été avec Balzac (saison 2), Peines de coeur d’une chatte anglaise n’est pas un roman. Il s’agit plutôt d’un recueil de nouvelles qui n’ont, à l’origine, pas de rapports immédiats avec La Comédie Humaine.

En 1840, Hetzel, éditeur célèbre, lance le projet d’un livre collectif autour des illustrations du caricaturiste Granville. Il lui donne le titre Scènes de la vie privée et publique des animaux, comme un clin d’oeil au sous-titre « Scènes de la vie privée » de la Comédie Humaine. Plusieurs écrivains renommés participent à ce recueil: George Sand, Alfred de Musset, Charles Nodier mais surtout Balzac qui est un des contributeurs les plus prolifiques. Et ce n’est pas surprenant quand on connaît un peu Balzac. Non seulement il s’est toujours intéressé à la peinture (cf Le Chef d’Oeuvre inconnu et les descriptions inspirées de peintures) mais il aime aussi à comparer les hommes et les animaux dans la tradition de la physiognomonie (méthode qui permettrait de juger du caractère d’une personne à partir des traits de son visage).

Le recueil Peines de coeur d’une chatte anglaise regroupe cinq nouvelles écrites par Balzac. Une des nouvelles porte la signature de George Sand mais elle ne serait l’auteur que du dernier paragraphe. Ces nouvelles sont des fables satiriques animalières dans la tradition des fables de La Fontaine et des contes philosophiques.

Lire la suite « Peines de coeur d’une chatte anglaise de Balzac »

Evénements, Flâneries

[Un roman – un thé] Automne 2017

Puisque, comme de nombreuses lectrices, je suis une adepte de cette boisson chaude, j’ai proposé à Amandine Perrot, propriétaire du Moulin à thé à Loches de faire un article associant un roman et un thé.

Lire la suite « [Un roman – un thé] Automne 2017 »

Un été avec Balzac

Bilan de mon été avec Balzac

Lorsque j’ai initié ce projet, je ne savais pas où cela me mènerait et cela me semblait être un défi de taille. Je ne suis pas une balzacienne et j’avais donc quelques appréhensions à me lancer dans les œuvres de Balzac. Je dresse donc ici le bilan de ce premier contact avec Balzac.

Lire la suite « Bilan de mon été avec Balzac »

Classique, Un été avec Balzac

Une ténébreuse affaire de Balzac

Tenebreuse-affaireDernier voyage de l’été dans la Touraine de Balzac avec Une ténébreuse affaire. Soyons clair, ce roman ne se déroule pas en Touraine mais deux éléments m’ont fait le choisir: la dédicace à M. de Margonne, le propriétaire de Saché et surtout le fait que le roman s’inspire d’un fait divers qui a eu lieu à Azay-sur-Cher en 1800 au château de Beauvais. Cette information m’a été soufflée par mon amie Mademoiselle Maeve.

Le 23 septembre 1800, le sénateur Clément de Ris, propriétaire du château de Beauvais, est enlevé par six mystérieux individus qui le conduisent dans une ferme où il est enfermé dans un caveau pendant plusieurs jours. Son étrange remise en liberté est suivie du jugement de personnes inculpées de ce crime d’enlèvement et de séquestration. Le père de Balzac, qui habite Tours à la même époque, connaît bien le sénateur Clément de Ris et cette « ténébreuse affaire ».

Lire la suite « Une ténébreuse affaire de Balzac »