Je vide ma Pile à Lire – Août

Le mois d’août ne fut pas aussi satisfaisant en terme de lecture. J’ai commencé bon nombre de romans et finit très peu d’entre eux. J’ai du mal à rester concentrée et donc les romans courts et les récits faciles ont plutôt ma préférence. Contrairement au mois de juillet, je n’ai pas retrouvé le flow dans lequel je me plonge quand je ne suis pas dans une panne de lecture prolongée.

Pour rappel, le challenge vient de Mademoiselle Maeve.

Lire la suite

Je vide ma Pile à Lire – Juillet

J’ai lu un petit plus ce mois-ci, et pour cause : ce sont les vacances. J’ai plus de temps et la météo maussade se prête davantage à la lecture qu’à la randonnée ou au bronzage. Bref, si j’ai lu, j’ai aussi acheté des livres. Voyons voir comment je m’en tire.

Pour rappel, le challenge vient de Mademoiselle Maeve.

Lire la suite

Je vide ma Pile à Lire – Juin

Alors que dire de plus que le mois précédent ? Ce blog survit grâce à ces bilans mensuels. Pourtant, germent lentement des idées nouvelles pour ce blog, pour lui redonner du souffle et un intérêt. En attendant, nouveau bilan du mois. On remerciera le bac pour tous les ans me forcer à avaler rapidement quelques lectures.

Pour rappel, le challenge vient de Mademoiselle Maeve.

Lire la suite

Salammbô de Flaubert

Encore un de ces classiques qui m’intimidaient et que je n’osais affronter. Il a fallu que j’en entende du bien de façon répétée sur les réseaux sociaux pour que je me lance enfin et que je vive le choc esthétique de l’année!

Aux lendemains de la première guerre punique, les Carthaginois ne savent plus comment se débarrasser des mercenaires qu’ils ont engagés et qui réclament salaire et récompense. Les mercenaires vont donc se révolter et une guerre éclate entre les deux camps. Mâtho, un des chefs barbares tombe brutalement amoureux de Salammbô, la fille du général carthaginois Hamilcar. Par défi, il dérobe le voile de la déesse Tanit, dont Salammbô est une fidèle fervente. La jeune femme se trouve alors elle aussi engagée dans ce conflit.

Lire la suite

Gatsby le magnifique de F. Scott Fitzgerald

Voici un grand classique de la littérature américaine. J’ai commencé par voir l’adaptation il y a quelques années mais je crois que j’étais passé en partie à côté de l’intrigue et de l’intérêt romanesque. Une relecture s’imposait pour comprendre les enjeux de cette histoire au-delà du simple aspect esthétique.

Le narrateur, Nick Carraway, est le voisin du mystérieux Jay Gatsby. Ce dernier reçoit chaque soir une ribambelle d’invité dans sa somptueuse demeure. Ils se lient d’amitié, surtout parce que Nick connaît Daisy, la femme de Tom Buchanan. Car Jay et Daisy se connaissaient, il y a longtemps.

Lire la suite

Voici un grand classique de la littérature américaine. J’ai commencé par voir l’adaptation il y a quelques années mais je crois que j’étais passé en partie à côté de l’intrigue et de l’intérêt romanesque. Une relecture s’imposait pour comprendre les enjeux de cette histoire au-delà du simple aspect esthétique.

Le narrateur, Nick Carraway, est le voisin du mystérieux Jay Gatsby. Ce dernier reçoit chaque soir une ribambelle d’invité dans sa somptueuse demeure. Ils se lient d’amitié, surtout parce que Nick connaît Daisy, la femme de Tom Buchanan. Car Jay et Daisy se connaissaient, il y a longtemps.

Lire la suite

Bilan d’un été avec Balzac – saison 2 (concours)

L’été prend fin et la rentrée a sonné. Le défi « un été avec Balzac » s’achève donc et il est temps de faire le bilan! La question est donc de savoir si le bilan est aussi positif que le premier et de faire le point sur ces deux années de challenge estival.

Pour accéder à mon bilan infographique du projet « un été avec Balzac », cliquez sur l’image!

000

J’ai réussi à lire quatre romans issus des quatre-vingt-onze titres de La Comédie humaine, c’est à dire deux de moins que l’année dernière:

Vous avez pu lire un article plus thématique sur Les lions chez Balzac. Un autre était prévu sur les chats mais il n’a pas eu le temps de voir le jour.

Lors de ma visite à Saché pour voir l’exposition sur la création de l’album « Mistigris et Monsieur Balzac », j’ai essayé de tourner une vidéo mais les prises de vues étaient vraiment trop mauvaises pour faire quelques choses de sympas. Mon appareil photo n’est pas d’assez bonne qualité pour donner un résultat intéressant. Je me rends compte que j’ai envie de sortir des sentiers battus sur le blog, de produire de nouveaux formats mais je suis très limitée par le temps. Pour autant, je laisse les idées germer en espérant pouvoir les récolter un jour.

Une petite réussite cependant: la création de #unétéavecbalzac qui a été diffusé par quelques instagrameuses. 71 publications l’ont utilisé et j’espère qu’il continuera sa petite vie sur les réseaux.

Telle que je suis partie et parce que je tombe progressivement dans les filets balzaciens, je risque de repartir pour un 3e été! Ou bien peut-être pour « Une année avec Balzac ». Qui sait?


coucours balzacPour fêter et clôturer cet été avec Balzac, je vous propose de remporter un roman (Le Père Goriot), un sachet de café « Café Balzac » et un goodie. Pour remporter mon petit colis « Un été avec Balzac », il suffit de laisser un commentaire sous cet article et de me dire quel est le dernier roman de Balzac que vous ayez lu. Le gagnant sera tiré au sort. Vous avez jusqu’au dimanche 16 septembre 23h pour participer. Bonne chance.

signature

La Femme de trente ans de Balzac

la femme de trente ans

Dernier Balzac de mon été, je termine sur un roman vraiment surprenant, tant par le fond que par la forme. J’avais choisi ce roman pour mieux comprendre pourquoi on dit que Balzac est le romancier des femmes et aussi parce qu’il y parlait un peu de la Touraine.

La jeune Julie a épousé le beau colonel Victor d’Aiglemont malgré les réticences et avertissements de son père. Pourtant l’union est loin d’être heureuse. Plusieurs vies s’offrent à elle: la vertu et une vie malheureuse ou l’adultère et la culpabilité.

Lire la suite