Notes de lecture

{Notes de lecture} Introduction à la littérature de jeunesse de Isabelle Nières-Chevrel

introduction à la littérature de jeunesseTitre: Introduction à la littérature de jeunesse

Auteur: Isabelle Nières-Chevrel

Édition: Didier Jeunesse

Collection: Passeurs d’histoires

L’ouvrage se revendique comme une introduction à la littérature d’enfance et de jeunesse, c’est-à-dire qu’il se propose de donner des repères et de poser quelques grandes questions liées à cette littérature. Ce que cherche à montrer l’auteur c’est qu’il y a une véritable histoire de la littérature de jeunesse, de ses formes et motifs topiques. Le livre prend aussi une forme didactique et accessible puisqu’il est issu des cours données par Isabelle Nières-Chevrel destinés à des étudiants issus de formations très différentes.

Lire la suite « {Notes de lecture} Introduction à la littérature de jeunesse de Isabelle Nières-Chevrel »

Publicités
on en discute

On en discute?

Samedi dernier, le 18 novembre, j’ai assisté à une table ronde pour l’inauguration du centre Patrice Wolf, centre de ressources en Littérature pour la jeunesse à la Bibliothèque municipale de Tours. Cette table ronde s’intitulait « Médias et littérature jeunesse: quelles critiques pour quel public? » et trois journalistes spécialisées dans la littérature pour la jeunesse étaient présentes. Si j’ai été déçue que les médias représentés ne soient pas plus diversifiés, j’ai trouvé les profils des journalistes intéressants.

Je vais aller droit au but: la question des blogs est arrivée assez vite sur le tapis. Or, les blogueuses ont souvent été traitées avec condescendance. On leur reprochait leur manque de contenu critique, leur peu de légitimité à produire un avis de valeur et surtout leur naïveté et leur supposé manque de « déontologie » face aux partenariats. Le propos m’a semblé souvent caricatural. L’animatrice a cependant nuancé un peu le propos en interrogeant le créateur et rédacteur en chef du site « La Mare aux mots » présent dans le public.

Lire la suite « On en discute? »