La Commune à travers trois fictions

Avec cet article, je souhaite inaugurer une autre façon d’aborder mes lectures. Je me suis aperçue que je faisais souvent des liens entre les livres que je lisais. Déformation professionnelle? Peut-être. Mais quand j’ai vu que Mademoiselle Maeve présentait deux livres sur une thématique le lundi matin sur France Bleue, je me suis dit que c’était sans doute naturel de fonctionner de la sorte. D’ailleurs, si vous aimez les choix thématiques, je vous conseille la box de livres de chez My Book Box qui vous surprendra chaque mois avec une sélection de un à trois livre sur un thème choisi par la créatrice de la marque.

Maintenant que j’ai fait de la publicité pour deux femmes que j’aime beaucoup, revenons-en à nos moutons: La Commune de Paris. Il est probable que vous n’ayez pas entendu parlé de cet événement historique parisien. Je l’ai moi-même découvert avec stupeur assez tard.

En 1870, l’empereur Napoléon III règne. En juillet, Napoléon III déclare la guerre à la Prusse (et une coalition d’états allemand qui correspond à peu près à l’Allemagne actuelle). Mal préparée, l’armée française subit plusieurs défaites. La défaite de Sedan, le 2 septembre 1870 marque la capitulation de Napoléon III qui est fait prisonnier. Cette capitulation provoque un soulèvement populaire à Paris. La République est proclamée le 4 septembre 1870 et un gouvernement provisoire est installé. L’armée prussienne avance et fait le siège de Paris à partir du 17 septembre 1870. Dans la capitale, les réserves s’épuisent. La nourriture est rationnée. On abat les chevaux et même les animaux du Jardin des plantes – nous y reviendrons. Mais tout cela ne concerne que les nantis. Le peuple a faim et en est réduit à manger les chats, les chiens, les rats. Pour communiquer avec l’extérieur, on utilise les pigeons voyageurs, qui sont parfois attaqués par les faucons prussiens. De plus, l’hiver est rude et les Parisiens meurent littéralement de froid et de faim. A cela s’ajoutent les bombardements… Le 28 janvier 1871, le gouvernement français, réfugié à Tours, signe l’armistice. Les conditions de la paix sont lourdes: des indemnités de guerre, une occupation du territoire et cession de l’Alsace et de la Lorraine. Le 1er mars les Prussiens défilent dans Paris.

Trahis et humiliés, les Parisiens sont en colère. Le 18 mars, Adolphe Thiers envoie les troupes françaises récupérer les canons stockés à Montmartre. Les Parisiens s’y opposent et les troupes françaises refusent d’exécuter l’ordre de tirer sur la population. C’est l’insurrection. Les Parisiens organisent alors des élections où l’extrême gauche remporte la majorité de voix. La Commune de Paris est proclamée et le drapeau rouge flotte sur la ville. Des mesures qui visent à l’égalité entre les citoyens et entre hommes et femmes sont prises. Mais le gouvernement français, installé à Versailles, cherche à mater cette rébellion. La Commune prend fin brutalement lors de la Semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871. On compte près de 20 000 morts.

Pour en savoir plus, je vous conseille deux courtes vidéo:

C’est dans ce contexte historique et politique que se situent les trois œuvres dont je vais vous parler.

Hervé Jubert, Blanche ou la triple contrainte de l’Enfer, juin 2010

Nous sommes à Paris en 1870 pendant le siège de Paris. Blanche a raté le dernier train pour la province et a été séparée de sa famille. Heureusement, son oncle Gaston, commissaire à la Sûreté, est là pour s’occuper d’elle. Mais une enquête étrange lui occupe l’esprit. Un cadavre, retrouvé dans les jardins du Palais-Royal, trépané, un tatouage occulte sur le bras gauche, se volatilise mystérieusement. Blanche, passionnée par les méthodes d’investigation, décide d’aider Gaston, voire de le contrecarrer. Dans une ville guettée par la famine et en proie aux bombardements, la jeune fille plonge au coeur d’un sombre mystère et d’une terrible vengeance, aux frontières du fantastique.

Lucie Pierrat-Pajot, Les Mystères de Larispem, tome 1: Le sang jamais n’oublie, avril 2016

Dans la Cité-État de Larispem, en 1899, les bouchers constituent la caste forte d’un régime populaire, issu de La Commune. Trois jeunes personnages, liés par le destin, vont devoir faire Dans la Cité-État de Larispem, en 1899, les bouchers constituent la caste forte d’un régime populaire, issu de La Commune. Trois jeunes personnages, liés par le destin, vont devoir faire face au retour des Frères de Sang, avides de vengeance : Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. face au retour des Frères de Sang, avides de vengeance : Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux.

Wilfrid Lupano et Lucy Mazel, Communardes! Les éléphants rouges, septembre 2015

Pendant l’hiver 1870 et le siège de Paris, Victorine, onze ans, est un peu livrée à elle-même pendant que sa mère cherche des moyens de survivre et veut s’engager dans la défense de la ville. La petite fille s’occupe de Castor et Pollux, les deux éléphants du Jardin des plantes et traîne avec une bande de gamins. Jusqu’au jour où Victorine à un plan indiscutable pour bouter les Prussiens hors de Paris.

Lire la suite

Je vide ma Pile à Lire – Décembre

S’il y a bien un rendez-vous qui persiste sur ce blog qui prend l’eau, c’est le défi organisé par Mademoiselle Maeve auquel je m’accroche comme à une bouée. Il est au moins la preuve que je reste attachée à la lecture malgré toutes les difficultés que je rencontre cette année pour mettre en forme et en ligne mes réflexions. Ce sera d’ailleurs, je pense, le sujet de mon bilan qui viendra sur le blog.

Bref, où en est-on ce mois-ci, où, miracle!, j’ai pu lire de façon efficace.

Lire la suite

Cold Winter Challenge – ma Pile à Lire

Pour la sixième édition de ce challenge livresque, j’ai décidé de me lancer et de profiter un peu des périodes des fêtes pour lire des livres qui me font plaisir, sans pression. Organisé par Margaud Liseuse et créé en 2012 par la blogueuse Antonine, ce challenge invite à préparer une liste thématique de livres à lire pendant les mois d’hiver, c’est-à-dire du 1er décembre 2017 au 31 janvier 2018.

Pour réussir le challenge, il faut lire au moins un livre parmi un des menus au choix:

  • La magie de Noël : lire un livre en lien avec Noël.
  • Flocons magiques : lire un livre du genre fantasy, fantastique, merveilleux, … en un mot: magique, mais pas forcément en lien avec Noël ou l’hiver.
  • Marcher dans la neige : lire un livre de nature writing ou de littérature de voyage
  • Stalactites ensanglantées : lire un polar ou un thriller qui se passe durant l’hiver.

Pour participer, il suffit de se lancer mais on peut aussi partager sur les réseaux sociaux: sur le groupe Facebook, sur Twitter et Instagram avec #coldwinterchallenge, sur votre blog ou sur votre chaîne Youtube.

deer-1940368_960_720

Lire la suite

L’Étrange Bibliothèque de Haruki Murakami

l'étrange bibliothequeTitre: L’Étrange Bibliothèque

Auteur: Haruki Murakami

Éditions: Belfond

Date de parution: 4 novembre 2015

Il y a quelques temps, je vous parlais de cette curieuse impression que je ressentais à la lecture des romans de Murakami, comme si je passais à côté. Non pas qu’ils ne me plaisaient pas, au contraire, mais je ressortais chaque fois de mes lectures avec une étrange sensation de frustration, d’égarement. Pourtant, je ne baisse pas les bras et je persiste dans ma découverte de l’auteur avec, cette fois-ci, une nouvelle illustrée par Kat Menschik.

Cette fois, Haruki Murakami m’a attiré et gardée prisonnière dans sa toile narrative. Je ne sais pas ce qui a joué le plus : ma curiosité pour ses récits ou les illustrations de Kat Menshik.

Le narrateur est un jeune garçon dont on ne saura jamais le nom. Il se rend ce jour-là à la bibliothèque car il a pour habitude de chercher dans les livres la réponse à toutes les questions qui lui traversent l’esprit. Cette fois, c’est « comment on récoltait les impôts dans l’empire ottoman ? ». Il va faire part de sa recherche à un vieil homme qui travaille dans la bibliothèque. Malheureusement, tout cela va mal tourner pour le jeune garçon qui va se voir emprisonner par le vieil homme sous la garde de l’étrange homme-mouton.

Lire la suite

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs

Mi-Peregrine-et-les-enfants-particuliers« On s’accroche à nos contes de fées jusqu’à ce que le prix de ces croyances deviennent trop exorbitant. » 

Titre: Miss Peregrine et les enfants particuliers

Auteur: Ransom Riggs

Éditions: Le livre de poche jeunesse

Date de parution: octobre 2016

Parfois, quand un livre a du vraiment beaucoup de succès, je préfère ne pas m’y risquer par peur d’être déçue. Mais là, comme Ms.Goliath a apprécié et que son jugement est une valeur sûre, je me suis dis qu’en l’achetant je ne pouvais pas me louper!

Pendant toute son enfance, Jacob a été bercé par les histoires extraordinaires de son grand-père. Il lui parlait d’une île sur laquelle il avait trouvé refuge pendant la guerre, une île merveilleuse qui accueillait des « enfants particuliers ». Et il avait des preuves: d’étranges photographies mettant en scène ces enfants. Et puis Jacob finit par douter. Mais toutes ces histoires remontent à la surface à la mort brutal de son grand-père. Jacob part à la recherche de la fameuse île.

Lire la suite

La Peau de chagrin de Balzac

la-peau-de-chagrin-304Deuxième oeuvre de cet été balzacien, La Peau de Chagrin est un incontournable qu’il fallait que je lise depuis longtemps. C’est maintenant chose faite! Roman fantastique, il sort un peu du lot des romans dits réalistes.

Raphaël de Valentin, un jeune aristocrate désargenté est sur le point de se suicider et en attendant la nuit, il entre chez un antiquaire. Le vieil homme lui présente « la peau de chagrin » qui d’après lui a le pouvoir d’exaucer tous les vœux de son propriétaire. Mais en contrepartie, la peau rétrécit et la vie du propriétaire se raccourcit. Pourtant Raphaël accepte le pacte et emporte la peau. En sortant de chez l’antiquaire, il est entraîné par ses amis dans une fête débridée lors de laquelle il raconte sa vie à son ami Émile.

Lire la suite

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Kafka-sur-le-rivage« J’ai refermé ce livre avec un sentiment bizarre. Je me demandais ce que l’auteur avait voulu dire exactement. Mais c’est justement ce « je ne sais pas ce que l’auteur a voulu dire exactement » qui m’a laissé la plus forte impression » p.142 

Titre: Kafka sur le rivage

Auteur: Haruki Murakami

Édition: Éditions 10/18

Date de parution: 2006

C’est le troisième roman de Murakami que je lis. Après 1Q84 et La fin du monde, j’ai eu envie de lire plus de romans de cet auteur afin de mieux comprendre son univers et son écriture qui me semble s’échapper à chaque lecture.

Kafka Tamura est un jeune garçon qui fuit une malédiction paternelle et trouve refuge dans une bibliothèque auprès de Mlle Saeki et d’Oshima. D’un autre côté, Nakata, un vieil homme étrange, accompagné d’Hoshino cherche la pierre de l’entrée à tout prix. Ces deux personnages, sans jamais se croiser, vont tisser une histoire commune.

Lire la suite

Du plomb à la lumière: le livre-concept

du-plomb-a-la-lumiereTitre: Du plomb à la lumière

Auteurs: collectif

Édition: Mille saison

Date de parution: mars 2016

Rapportée du salon du polar de Loches, cette anthologie de nouvelles m’avait intriguée et séduite d’abord par sa couverture. (Je suis très faible!). Le travail de la mise en page rend l’objet livre vraiment superbe. Le concept est tout autant intéressant. En effet, ce livre rassemble des nouvelles issues de la littérature de l’imaginaire afin de les faire concourir. A la fin du livre se trouve une code personnel qui permet d’élire sa nouvelle favorite. Le gagnant aura l’occasion d’écrire un roman dérivé de l’univers ébauché dans la nouvelle.

Mais cela ne s’arrête pas là! A chaque nouvelle est associée une illustration et une musique. Évidemment, la musique n’est pas intégrée au livre mais elle est accessible par flash-code ou à l’adresse internet indiquée. Il faut donc élire aussi nos illustrations et les compositions préférées.

Pour ce qui est de la littérature de l’imaginaire, autant dire que je débute. Je n’y connais pas grand chose et je distingue très mal les différents genres. Je me suis donc donnée trois critères d’évaluation: le rapport au sujet, le style, l’univers créé et sa possibilité d’un récit plus large. Les notes seront sur 5 et seront signifiées par des *. Voici mes notes pour chaque titre:

* Valentin Desloges, Le coup du collier (hors concours)

**** Vyl Vortex, Sous l’oeil de Tornn

*** Guillaume Dalaudier, La clé céleste

** Barnett Chevin, La pierre

***** Karine Rennberg, Les feux de la rampe

* Stephane Monnet, La mort n’est pas un spectacle

*** Marylin Guldin, Emmurés

*** Anthony Boulanger, Les hommes de Métal

**** Emmanuelle Maia, Quelques grammes de plomb pour atteindre la lumière.

***** Céline Ceron Gomez, Marché Conclu! (spécialement pour la chute que je n’attendais pas du tout, malgré le titre.) + superbe illustration

** Kéti Touche, Notre-Dame de Baltimore (le récit m’a vraiment fait peur!)

*** Ophélie Hervet, Ce qui nous lie

* Johann Vigneron, La Foire

** Philippe Deniel, Métal radieux + illustration sympa

*** Marguerite Roussarie, Être vivant

**** Elie Guillot, La bataille de Krak Girn

*** Romain Joly, Un rêve de lumière

*** Marine Auriol, Et si l’Equinoxiale n’était qu’une mort de plus…

***** Ghislain Morel, Deus ex machina + jolie illustration

**** Arnaud Gabriel, Zhang Zhung, le mont Gang Ti Sé

**** Simon Boutreux, Betsy (N.B.: seul récit fantastique, au sens littéraire du terme.)

Comme le laissent présager les titres, le thème a été compris de façons très différentes. Le plomb a souvent été entendu comme le matériau à l’origine de robots, d’armements ou du lien dans les vitraux. Simon Boutreux rappelle que le plomb est aussi utilisé dans l’imprimerie. Certains ont parlé du saturnisme, maladie causée par l’ingestion de plomb ou encore de la céruse, maquillage à base de plomb pour blanchir le teint. La lumière a été plus traditionnellement entendue comme celle du soleil ou des projecteurs. Évidemment certains font référence à la lumière de la mort, de l’au-delà ou encore de la révélation. L’alliance du plomb et de la lumière pouvait aussi évoquer l’alchimie.

Les votes sont ouverts jusqu’en mars 2017. Et si le prix du livre vous refroidit, pensez qu’il s’agit d’une anthologie de 21 nouvelles et que le travail est vraiment de qualité, tant au niveau des textes que de l’édition. Bref, je ne regrette pas du tout cette dépense.

L’appel aux textes pour la saison 2018 a déjà commencé sur le site des éditions Mille Saisons. Tentez votre chance!

UPDATE: Le gagnant 2017 est Arnaud Gabriel pour sa nouvelle Zhang Zhung, le mont Gang Ti Sé.