Contemporain

Les Pépètes du cacatoès d’Elisabeth Segard

 

LRM_EXPORT_382600554071443_20181229_211651939

Titre: Les Pépètes du Cacatoès

Auteur: Elisabeth Segard

Editions: City Editions

Date de parution: janvier 2019

Je n’ai jamais vraiment lu de comédie, à la fois à cause de préjugés snobs sur la qualité et aussi parce que j’ai souvent été déçue par les lectures légères populaires. Pourtant, je me devais de découvrir celui-ci car l’auteure n’est pas n’importe qui. Il s’agit d’une de mes copines de lecture et de blog, la talentueuse blogueuse du Cas Stelda.

Adalbert de Sainte-Sévère vient de mourir. Ses trois héritiers découvrent que leur grand-père lègue sa fortune à Prince, son cacatoès, à moins que Mathilde, Victorien et Mathilde ne réussissent à gagner cent mille euros en un an. Mais comment faire quand on n’a jamais eu besoin de travailler? Commence pour les trois héritiers une course contre la montre.

Lire la suite « Les Pépètes du cacatoès d’Elisabeth Segard »

Publicités
Contemporain, Non classé

La Chouette effraie de Christian Wasselin

la chouette effraieTitre: La Chouette effraie

Auteur: Christian Wasselin

Éditions: Les Soleils bleus

Je dois bien avouer que je me trouve très déconcertée. Très, très déconcertée.

J’ai reçu le roman La Chouette effraie de Christian Wasselin à l’occasion d’une opération Masse Critique sur Babelio. Je remercie donc Babelio ainsi que les Soleils Bleus Éditions pour cet envoi généreux.

Voici comment est présenté le roman par son éditeur:

« Alors que la Vieille-Bourse de Lille est le lieu d’étranges complots, le négatif d’un film intitulé Gioconda est dérobé pour le compte d’un cinéaste jaloux. La cantatrice qui interprète l’air principal du film est à son tour enlevée, cependant qu’un riche propriétaire revenu de tout fait de son domaine en ruines un repaire de mercenaires puis une prison où sont retenues plusieurs femmes innocentes. Certaines en mourront.

La Chouette effraie est un théâtre de la cruauté qui met en scène Lille et son Opéra en proie à la mélancolie, Paris qui se dérobe, mais aussi la douceur ambiguë des rues de Lisbonne, l’Amazonie proliférante et les canaux rêveurs du marais audomarois. On y passe de la candeur (feinte) aux mises à mort spectaculaires, le récit et sa parodie s’y donnent la main, mais le cynisme ne parvient pas tout à fait à bout de l’enthousiasme éprouvé au contact de l’art.

Cambriolages burlesques, poursuites et vengeances loufoques se mêlent aux souvenirs du roman noir américain et du gothic novel. Habité d’héroïnes sacrifiées, de faux artistes, de vrais imposteurs et d’automobiles aux chromes luisants, La Chouette effraie célèbre, dans un mélange de drame comique et de dérision attristée, l’inaltérable beauté des œuvres qui résistent aux pires traitements. »

Alléchant n’est-ce pas?

Dans ce roman, on retrouve tous les éléments des vieux polars, surtout cinématographiques: une ambiance brumeuse et nocturne, des femmes splendides et sensuelles dans des robes fourreaux, des bandits et des voitures chromées le tout sur une bande originale jazzy. L’auteur, musicographe, nous donne les références précises des musiques que les personnages prennent plaisir à écouter. Le lecteur peut alors faire de même pour se couler dans l’ambiance. Le récit ne se situe d’ailleurs pas dans une époque précise. Il s’agirait d’une sorte d’uchronie, de passé fantasmé et de futur politique étrange. Quant au cadre spatial, le roman nous fait arpenter les rues de Lille et de sa province marécageuse. L’ensemble du roman a un aspect extrêmement visuel et musical, presque cinématographique, ce qui tombe bien puisqu’il s’agit d’un des thèmes du roman: le vol du chef d’oeuvre Gioconda.

Pour moi, plus qu’un polar, il s’agit d’une sorte de roman de genre: il se donne toutes les apparences du polar mais… n’en est pas un. Parce qu’autant vous le dire tout de suite, si vous cherchez une enquête, vous n’en trouverez pas. Du moins pas vraiment. C’est là toute l’étrangeté de ce roman. Il vous jette sur une piste, puis sur une autre. Vous essayez vainement d’identifier dans quel univers vous êtes, quels sont les enjeux de l’histoire, quelle est l’intrigue. Le roman est à l’image de ce que vivent les personnages: une labyrinthe sans issue. Il faut aussi s’attendre à une certaine forme de violence attachée au genre du polar et du gothique. Et cette violence, essentiellement exercée contre les femmes et le plus souvent gratuite, m’a vraiment dérangée car on y sent une forme de plaisir à la fois chez les personnages et chez le narrateur.

Ce roman s’apparente donc à un pastiche, ou plutôt à un patchwork de pastiches. Certains passages construisent un univers gothique, d’autres un univers de polar, d’autres encore une sorte d’uchronie désenchantée, une critique de la politique, voire une dystopie inquiétante. Or tout cela n’est pas lié par une intrigue solide. Attention, je ne veux pas dire que le roman n’est pas construit. Au contraire, il est rigoureusement construit, comme une mélodie. Les personnages y apparaissent progressivement pour tisser une symphonie jusqu’à l’acmé puis disparaissent aussi progressivement qu’ils sont venus, exactement entre la disparition et la réapparition de Gioconda. D’ailleurs, je me demande si on peut dire qu’il y a un personnage principal. Les personnages ne semblent pas importants. Leur psychologie est ébauchée mais pas approfondie comme s’ils n’étaient que des instruments au service d’autre chose. Et s’il y a une morale à ce roman, qui semble en être bien dépourvu, c’est que l’art triomphe de tout, il est La morale.

Ce roman n’est rien de ce qu’on attend car il est l’expression d’un pur plaisir d’écrire. Il joue de mise en scène, de lieux évocateurs, de scènes attendues. C’est avec une langue joueuse, toujours légèrement ironique qu’il taquine son lecteur à grand coup d’envolées lyriques ou stylistiques.

Quand je vous disais que j’étais déconcertée!

3livrecoeur