Jeunesse, Un été avec Balzac

Mistigris et Monsieur de Balzac d’Isabelle Lamy et Camille Carreau

le chat mistigris

Vous avez de jeunes enfants et vous voulez leur faire découvrir l’univers balzacien et le château de Saché mais cela vous semble un peu ambitieux (même si on sait que votre petit est évidemment le plus brillant enfant que vous connaissiez), alors j’ai la solution! Le château de Saché a produit un charmant album jeunesse avec les éditions Les Milles univers.

Lire la suite « Mistigris et Monsieur de Balzac d’Isabelle Lamy et Camille Carreau »

Publicités
Notes de lecture

{Notes de lecture} Introduction à la littérature de jeunesse de Isabelle Nières-Chevrel

introduction à la littérature de jeunesseTitre: Introduction à la littérature de jeunesse

Auteur: Isabelle Nières-Chevrel

Édition: Didier Jeunesse

Collection: Passeurs d’histoires

L’ouvrage se revendique comme une introduction à la littérature d’enfance et de jeunesse, c’est-à-dire qu’il se propose de donner des repères et de poser quelques grandes questions liées à cette littérature. Ce que cherche à montrer l’auteur c’est qu’il y a une véritable histoire de la littérature de jeunesse, de ses formes et motifs topiques. Le livre prend aussi une forme didactique et accessible puisqu’il est issu des cours données par Isabelle Nières-Chevrel destinés à des étudiants issus de formations très différentes.

Lire la suite « {Notes de lecture} Introduction à la littérature de jeunesse de Isabelle Nières-Chevrel »

Notes de lecture, Scolaire

{Notes de lecture} La littérature de jeunesse de Nathalie Prince

51puOH8FuuL._SX332_BO1,204,203,200_Titre: La littérature de jeunesse

Auteur: Nathalie Prince

Édition: Armand Colin

Collection: U, Lettres

L’auteur cherche à définir dans un premier temps le terme de « littérature de jeunesse » ce qui soulève déjà de nombreux paradoxes:

les destinataires désignés par le terme de « littérature de jeunesse » constituent à priori un public vaste et de hétérogène qui peut aller du non-lecteur (voire du non-locuteur, l’infans, celui qui ne parle pas) au lecteur plus aguerri mais encore immature.

– les textes sont écrits par des adultes qui par conséquent ne sont pas sur un pied d’égalité avec leurs lecteurs.

– les textes sont souvent choisis, prescrits, validés voire lus à voix haute par les adultes qui donnent au texte une forme de caution.

– le public « jeunesse », de lui-même, ne choisit pas forcément les textes prescrits.

Le premier point étudié est celui de la dimension historique de la littérature de jeunesse. Nathalie Prince met en valeur le lien entre apparition du « sentiment de l’enfance », c’est-à-dire le fait que l’on considère l’enfant dans ses spécificités propres et apparition de récits destinés aux enfants. L’objectif donné à ses récits diffèrent donc de la conception du « sentiment de l’enfance »: soit l’enfant est considéré comme un adulte en devenir, incomplet qu’il s’agit de former, soit l’enfant est un être primaire qu’il faut éduquer, rendre moins sauvage. Le récit jeunesse peut donc se faire moralisateur, vulgarisateur ou cherche à recréer l’univers de l’enfance (selon le souvenir ou le point de vue de l’adulte).

Le deuxième point abordé est celui de l’ambiguïté du personnage de littérature de jeunesse: souvent stéréotypé, il a la particularité d’être peu développé et peu caractérisé et de pourtant réussir à susciter l’identification. Il peut soit incarner un modèle soit un contre-modèle. Les personnages les plus communs restent les animaux et les enfants.

Enfin, le point le plus essentiel à mon avis est l’étude de la poétique propre à la littérature de jeunesse. Loin de se satisfaire de l’image de texte simplifié, Nathalie Prince en montre la complexité et la richesse, en particulier de la situation de lecture à voix haute de l’adulte à l’enfant à partir des albums. Elle aborde des points très intéressants: le rapport entre le texte et l’image ainsi que les rapports entre le lecteur adulte et le spectateur enfant, les différents niveaux de lecture mis en jeu par la double-lecture (enfant/adulte), l’oralité.

L’essai s’achève sur un corpus de textes sources et supports de la réflexion.

Une lecture vraiment stimulante et riche. Cela concerne surtout la littérature destinée aux enfants et l’étude des albums est très fine. Je n’ai cependant pas trouvé de réponses sur la littérature jeunesse/ado.