Brigade des mineurs de Raynal Pellicer et Titwane

Brigade-des-mineursTitre: Brigade des mineurs

Auteurs: Raynal Pellicer/ Titwane

Editions: La Martinière

Date de parution: 2017

Je fais ma rentrée avec une bande-dessinée. Je sors donc de dans ma zone de confort et de mon domaine d’expertise. Soyez donc indulgents et suivez-moi dans ma découverte de la bd.

Je vous présente donc aujourd’hui Brigade des mineurs de Raynal Pellicer et Titwane. J’ai acheté cette bande-dessinée au festival Les Courants à Saint-Ouen-les-vignes au mois de juin. On pouvait rencontrer Titwane pour une dédicace. J’avais découvert son travail et celui de Raynal Pellicer dans un numéro de La Revue dessinée où un article dessiné abordait les attentats de Charlie Hebdo. J’avais été bluffée par les dessins et la netteté des propos.

Lire la suite

Le mystère de la maison du Puy de Françoise Miard-Muller

le mystère de la maison du puy« Ne ferais-je pas un bon policier? »

Titre: Le mystère de la maison du Puy

Auteur: Françoise Miard-Muller

Editions: Ex Aequo

Date de parution: Novembre 2016

Victorine, une jeune veuve, reçoit deux lettres surprenantes qui la poussent à quitter la torpeur de son deuil. De villes en villes, le chemin de Victorine se charge de mort étranges et violentes à mesure qu’elle avance vers un secret bien enfoui.  Lire la suite

Elle posait pour Picasso de Béatrice Egémar

Elle-posait-pour-PicaoTitre: Elle posait pour Picasso

Auteur: Béatrice Egémar

Collection: Courants Noirs

Éditions: Gulf Stream

A ma grande déception, la collection « Courants noirs » n’existe plus. Pourtant, elle compte de bons romans historiques et policiers. Béatrice Egemar en a écrit trois dans cette collection. Voici celui situé à l’époque la plus récente: le début du XXe siècle.

Emile, le narrateur, une jeune homme de dix-huit ans, rêve de devenir poète. Il s’installe à Montmartre au Bateau-Lavoir dans un appartement meublé du strict minimum. Il y rencontre ses voisins: des ouvrières comme des artistes. En effet, un de ses voisins n’est autre que Picasso. Intrigué par le portrait d’une bouquetière peint par Picasso, Emile est poussé à mener l’enquête quand il apprend la mort de cette dernière. Pour résoudre l’énigme, il parcourt tout le quartier et entraine le lecteur dans l’univers populaire et artistique du Paris du début du siècle.

Lire la suite

Dora Bruder de Patrick Modiano

C_Dora-Bruder_3575« C’est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d’occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l’Histoire, le temps – tout ce qui vous souille et vous détruit – n’auront pas pu lui voler »

Titre: Dora Bruder

Auteur: Patrick Modiano

Date de parution: 1997

 La première fois que j’ai rencontré Modiano c’était à travers L’Herbe des nuits. Je ne connaissais pas du tout cet auteur (honte à moi!). Le roman m’avait semblé obscur, étrange, et m’avait laissé perplexe. Sur les conseils d’une collègue, je suis à nouveau allée à la rencontre de Modiano, cette fois par une de ces oeuvres les plus célèbres et les plus accessibles: Dora Bruder.

Il n’y a pas vraiment d’histoire. Peut-on même appeler cela un roman? Le narrateur (l’auteur?) part d’un vieil article de journal relatant la fugue d’une jeune Juive Dora Bruder à Paris pendant la seconde guerre mondiale. Il cherche alors à reconstruire son parcours à travers la ville grâce à des documents d’archives.

Deux parcours, deux errances dans Paris tissent le fil du roman: celle de la fugue adolescente de Dora et de la fatalité qui frappe les Juifs pendant la seconde guerre et celle du narrateur qui suit Dora et son propre passé. En effet, Dora éveille des souvenirs, des échos dans le passé du narrateur. Son propre père, Juif aussi, lui aussi arrêté, par exemple.

Les lieux sont capitaux dans ce parcours. Ils portent le souvenir lorsqu’ils existent encore. Ils peuvent aussi avoir disparu, être cachés, dissimulés et ainsi dénoncer l’ensevelissement du passé, son recouvrement imparfait par un présent oublieux. Ce sont eux qui construisent, modèlent le récit comme une géographie mentale.

Malgré sa forme errante, le roman suscite de nombreuses émotions. D’abord parce qu’il évoque le sort des Juifs pendant l’Occupation, la déportation et que Dora emporte le mystère de sa fugue avec elle. Mais aussi grâce au délicat parcours mémoriel du narrateur au croisement de deux vies parisiennes, porté par l’extrême simplicité de la langue de Modiano. C’est un véritable envoûtement.

5livrecoeurcoup de coeur