La Commune à travers trois fictions

Avec cet article, je souhaite inaugurer une autre façon d’aborder mes lectures. Je me suis aperçue que je faisais souvent des liens entre les livres que je lisais. Déformation professionnelle? Peut-être. Mais quand j’ai vu que Mademoiselle Maeve présentait deux livres sur une thématique le lundi matin sur France Bleue, je me suis dit que c’était sans doute naturel de fonctionner de la sorte. D’ailleurs, si vous aimez les choix thématiques, je vous conseille la box de livres de chez My Book Box qui vous surprendra chaque mois avec une sélection de un à trois livre sur un thème choisi par la créatrice de la marque.

Maintenant que j’ai fait de la publicité pour deux femmes que j’aime beaucoup, revenons-en à nos moutons: La Commune de Paris. Il est probable que vous n’ayez pas entendu parlé de cet événement historique parisien. Je l’ai moi-même découvert avec stupeur assez tard.

En 1870, l’empereur Napoléon III règne. En juillet, Napoléon III déclare la guerre à la Prusse (et une coalition d’états allemand qui correspond à peu près à l’Allemagne actuelle). Mal préparée, l’armée française subit plusieurs défaites. La défaite de Sedan, le 2 septembre 1870 marque la capitulation de Napoléon III qui est fait prisonnier. Cette capitulation provoque un soulèvement populaire à Paris. La République est proclamée le 4 septembre 1870 et un gouvernement provisoire est installé. L’armée prussienne avance et fait le siège de Paris à partir du 17 septembre 1870. Dans la capitale, les réserves s’épuisent. La nourriture est rationnée. On abat les chevaux et même les animaux du Jardin des plantes – nous y reviendrons. Mais tout cela ne concerne que les nantis. Le peuple a faim et en est réduit à manger les chats, les chiens, les rats. Pour communiquer avec l’extérieur, on utilise les pigeons voyageurs, qui sont parfois attaqués par les faucons prussiens. De plus, l’hiver est rude et les Parisiens meurent littéralement de froid et de faim. A cela s’ajoutent les bombardements… Le 28 janvier 1871, le gouvernement français, réfugié à Tours, signe l’armistice. Les conditions de la paix sont lourdes: des indemnités de guerre, une occupation du territoire et cession de l’Alsace et de la Lorraine. Le 1er mars les Prussiens défilent dans Paris.

Trahis et humiliés, les Parisiens sont en colère. Le 18 mars, Adolphe Thiers envoie les troupes françaises récupérer les canons stockés à Montmartre. Les Parisiens s’y opposent et les troupes françaises refusent d’exécuter l’ordre de tirer sur la population. C’est l’insurrection. Les Parisiens organisent alors des élections où l’extrême gauche remporte la majorité de voix. La Commune de Paris est proclamée et le drapeau rouge flotte sur la ville. Des mesures qui visent à l’égalité entre les citoyens et entre hommes et femmes sont prises. Mais le gouvernement français, installé à Versailles, cherche à mater cette rébellion. La Commune prend fin brutalement lors de la Semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871. On compte près de 20 000 morts.

Pour en savoir plus, je vous conseille deux courtes vidéo:

C’est dans ce contexte historique et politique que se situent les trois œuvres dont je vais vous parler.

Hervé Jubert, Blanche ou la triple contrainte de l’Enfer, juin 2010

Nous sommes à Paris en 1870 pendant le siège de Paris. Blanche a raté le dernier train pour la province et a été séparée de sa famille. Heureusement, son oncle Gaston, commissaire à la Sûreté, est là pour s’occuper d’elle. Mais une enquête étrange lui occupe l’esprit. Un cadavre, retrouvé dans les jardins du Palais-Royal, trépané, un tatouage occulte sur le bras gauche, se volatilise mystérieusement. Blanche, passionnée par les méthodes d’investigation, décide d’aider Gaston, voire de le contrecarrer. Dans une ville guettée par la famine et en proie aux bombardements, la jeune fille plonge au coeur d’un sombre mystère et d’une terrible vengeance, aux frontières du fantastique.

Lucie Pierrat-Pajot, Les Mystères de Larispem, tome 1: Le sang jamais n’oublie, avril 2016

Dans la Cité-État de Larispem, en 1899, les bouchers constituent la caste forte d’un régime populaire, issu de La Commune. Trois jeunes personnages, liés par le destin, vont devoir faire Dans la Cité-État de Larispem, en 1899, les bouchers constituent la caste forte d’un régime populaire, issu de La Commune. Trois jeunes personnages, liés par le destin, vont devoir faire face au retour des Frères de Sang, avides de vengeance : Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. face au retour des Frères de Sang, avides de vengeance : Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux.

Wilfrid Lupano et Lucy Mazel, Communardes! Les éléphants rouges, septembre 2015

Pendant l’hiver 1870 et le siège de Paris, Victorine, onze ans, est un peu livrée à elle-même pendant que sa mère cherche des moyens de survivre et veut s’engager dans la défense de la ville. La petite fille s’occupe de Castor et Pollux, les deux éléphants du Jardin des plantes et traîne avec une bande de gamins. Jusqu’au jour où Victorine à un plan indiscutable pour bouter les Prussiens hors de Paris.

Lire la suite

La Mécanique du coeur de Mathias Malzieu

20181012_222914

Titre: La Mécanique du coeur

Auteur: Mathias Malzieu

Éditions: Flammarion

Date de parution: 2007

Évidemment, j’avais entendu parler de ce roman. Mais il ne me serait jamais venu à l’esprit de le lire dans le cadre d’un travail sur le thème de « l’homme augmenté » sans les idées foisonnantes et pertinentes de Mademoiselle Maeve. Me voilà donc à me plonger et à dévorer mon premier roman de Mathias Malzieu.

Jack naît le jour le plus froid du monde et son petit coeur est gelé. Le Docteur Madeleine tente de le réparer en se servant d’une horloge et la greffe fonctionne. Mais le jeune Jack doit faire attention. Sa mécanique est fragile et toute émotion trop forte peut lui nuire. Pourtant, voilà qu’il tombe amoureux de Miss Acacia, une jolie chanteuse de rue. C’est pour lui le début des ennuis et d’une quête amoureuse dangereuse.

Lire la suite

Le Paris des merveilles 2. L’Elixir d’oubli de Pierre Pevel

l'élixir d'oubli

Titre: Le Paris des merveilles 2. L’Elixir d’oubli

Auteur: Pierre Pevel

Editions: Folio SF

Date de parution: 2017

Voilà ma saga doudou, celle que je me réserve pour les vacances. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été ainsi sous le charme d’un univers et de personnages.

Nous retrouvons le mage Hippolyte Griffont et l’enchanteresse Isabel de Saint-Gil dans une nouvelle aventure. Cette fois, la mort suspecte d’un antiquaire entraîne les deux amis sur les traces d’un dangereux mage noir: Giacomo Nero. L’Outre-Monde est menacé et les sources de la menace se trouve au temps de la Régence, dans le passé de nos deux héros.

Lire la suite

Le Paris des merveilles 1: Les enchantements d’Ambremer de Pierre Pevel

les-enchantements-d-ambremer-le-paris-des-merveilles-t1-de-pierre-pevelTitre: Le Paris des merveilles 1: Les enchantements d’Ambremer

Auteur: Pierre Pevel

Éditions: Folio SF

Date de parution: 2017

Voilà ce dont j’avais besoin pour les vacances: un roman dont la lecture est du pur plaisir. Pas de réflexion intense, pas de remue-méninge, juste de l’aventure et des rebondissements.

Imaginez-vous dans le Paris de 1900. Mais certains détails clochent: on peut croiser des chats-ailés, des gnomes ou encore des sirènes dans la Seine. Le Paris des Merveilles est un monde en contact avec Ambremer, le royaume des fées. Dans ses rues se promènent des mages et d’autres créatures féériques venues d’Ambremer. Parmi ces mages, Louis Griffont mène une petite enquête sur du trafic d’objets enchantés. Il se trouve malgré lui mêlé à une affaire de meurtre. Dans le même temps, Isabel de Saint Gil réapparaît dans sa vie et c’est le signe d’ennuis supplémentaires pour Griffont.

Lire la suite