Un été avec Balzac

Bilan d’un été avec Balzac – saison 2 (concours)

L’été prend fin et la rentrée a sonné. Le défi « un été avec Balzac » s’achève donc et il est temps de faire le bilan! La question est donc de savoir si le bilan est aussi positif que le premier et de faire le point sur ces deux années de challenge estival.

Pour accéder à mon bilan infographique du projet « un été avec Balzac », cliquez sur l’image!

000

J’ai réussi à lire quatre romans issus des quatre-vingt-onze titres de La Comédie humaine, c’est à dire deux de moins que l’année dernière:

Vous avez pu lire un article plus thématique sur Les lions chez Balzac. Un autre était prévu sur les chats mais il n’a pas eu le temps de voir le jour.

Lors de ma visite à Saché pour voir l’exposition sur la création de l’album « Mistigris et Monsieur Balzac », j’ai essayé de tourner une vidéo mais les prises de vues étaient vraiment trop mauvaises pour faire quelques choses de sympas. Mon appareil photo n’est pas d’assez bonne qualité pour donner un résultat intéressant. Je me rends compte que j’ai envie de sortir des sentiers battus sur le blog, de produire de nouveaux formats mais je suis très limitée par le temps. Pour autant, je laisse les idées germer en espérant pouvoir les récolter un jour.

Une petite réussite cependant: la création de #unétéavecbalzac qui a été diffusé par quelques instagrameuses. 71 publications l’ont utilisé et j’espère qu’il continuera sa petite vie sur les réseaux.

Telle que je suis partie et parce que je tombe progressivement dans les filets balzaciens, je risque de repartir pour un 3e été! Ou bien peut-être pour « Une année avec Balzac ». Qui sait?


coucours balzacPour fêter et clôturer cet été avec Balzac, je vous propose de remporter un roman (Le Père Goriot), un sachet de café « Café Balzac » et un goodie. Pour remporter mon petit colis « Un été avec Balzac », il suffit de laisser un commentaire sous cet article et de me dire quel est le dernier roman de Balzac que vous ayez lu. Le gagnant sera tiré au sort. Vous avez jusqu’au dimanche 16 septembre 23h pour participer. Bonne chance.

signature

Classique, Un été avec Balzac

La Femme de trente ans de Balzac

la femme de trente ans

Dernier Balzac de mon été, je termine sur un roman vraiment surprenant, tant par le fond que par la forme. J’avais choisi ce roman pour mieux comprendre pourquoi on dit que Balzac est le romancier des femmes et aussi parce qu’il y parlait un peu de la Touraine.

La jeune Julie a épousé le beau colonel Victor d’Aiglemont malgré les réticences et avertissements de son père. Pourtant l’union est loin d’être heureuse. Plusieurs vies s’offrent à elle: la vertu et une vie malheureuse ou l’adultère et la culpabilité.

Lire la suite « La Femme de trente ans de Balzac »

Jeunesse, Un été avec Balzac

Mistigris et Monsieur de Balzac d’Isabelle Lamy et Camille Carreau

le chat mistigris

Vous avez de jeunes enfants et vous voulez leur faire découvrir l’univers balzacien et le château de Saché mais cela vous semble un peu ambitieux (même si on sait que votre petit est évidemment le plus brillant enfant que vous connaissiez), alors j’ai la solution! Le château de Saché a produit un charmant album jeunesse avec les éditions Les Milles univers.

Lire la suite « Mistigris et Monsieur de Balzac d’Isabelle Lamy et Camille Carreau »

Classique, Un été avec Balzac

Le Père Goriot de Balzac

le père goriot 2

Deuxième Everest de mon été avec Balzac, Le Père Goriot m’a toujours semblé inaccessible. Bêtement, comme une majorité de personnes, je me suis imaginé que ce roman serait ennuyeux, long et rempli de descriptions. Eh bien, j’avais tout faux!

A la pension Vauquer se côtoient Eugène Rastignac, jeune étudiant ambitieux, Vautrin, un homme mystérieux et le père Goriot, souffre-douleur de la pension. Dans ce lieu misérable, loin des quartiers parisiens flamboyants, couve un drame émouvant et cruel, celui d’un père victime des caprices de ses filles et de sa trop grande générosité.

Lire la suite « Le Père Goriot de Balzac »

Classique, Un été avec Balzac

Les lions chez Balzac

Dans cet article, je tente de faire un point sur le lion chez Balzac. Je ne prétends pas tout savoir ni maîtriser le sujet. Je vous fais plutôt part de quelques réflexions et informations sur le sujet pour aiguiser votre curiosité.

Scènes_de_la_vie_privée_et_publique_des_animaux,_tome_1_0588.jpg
Granville, illustration pour Voyage d’un lion d’Afrique à Paris

Dans sa célèbre préface à la Comédie humaine, Balzac établit un parallèle entre les animaux et les hommes. Sur le modèle des scientifiques, il décide d’étudier les espèces sociales chez l’homme.

Il n’y a qu’un animal. Le créateur ne s’est servi que d’un seul et même patron pour tous les êtres organisés. L’animal est un principe qui prend sa forme extérieure, ou, pour parler plus exactement, les différences de sa forme, dans les milieux où il est appelé à se développer. Les Espèces Zoologiques résultent de ces différences.
Pénétré de ce système bien avant les débats auxquels il a donné lieu, je vis que, sous ce rapport, la Société ressemblait à la Nature. La Société ne fait-elle pas de l’homme, suivant les milieux où son action se déploie, autant d’hommes différents qu’il y a de variétés en zoologie ? Les différences entre un soldat, un ouvrier, un administrateur, un avocat, un oisif, un savant, un homme d’état, un commerçant, un marin, un poëte, un pauvre, un prêtre, sont, quoique plus difficiles à saisir, aussi considérables que celles qui distinguent le loup, le lion, l’âne, le corbeau, le requin, le veau marin, la brebis, etc. Il a donc existé, il existera donc de tout temps des Espèces Sociales comme il y a des Espèces Zoologiques.

Avant-propos de la Comédie humaine

Une des espèces en question est celle des dandies-arrivistes. Or, dans le vocabulaire du XIXe siècle, le dandy est aussi appelé « lion ». Attention! Comme l’apprend le prince Léo dans Voyage d’un lion d’Afrique à Paris, le lion parisien se prononce Laianne, comme en Angleterre.

Lire la suite « Les lions chez Balzac »

Classique, Un été avec Balzac

Peines de coeur d’une chatte anglaise de Balzac

peines de coeur

Première lecture de mon été avec Balzac (saison 2), Peines de coeur d’une chatte anglaise n’est pas un roman. Il s’agit plutôt d’un recueil de nouvelles qui n’ont, à l’origine, pas de rapports immédiats avec La Comédie Humaine.

En 1840, Hetzel, éditeur célèbre, lance le projet d’un livre collectif autour des illustrations du caricaturiste Granville. Il lui donne le titre Scènes de la vie privée et publique des animaux, comme un clin d’oeil au sous-titre « Scènes de la vie privée » de la Comédie Humaine. Plusieurs écrivains renommés participent à ce recueil: George Sand, Alfred de Musset, Charles Nodier mais surtout Balzac qui est un des contributeurs les plus prolifiques. Et ce n’est pas surprenant quand on connaît un peu Balzac. Non seulement il s’est toujours intéressé à la peinture (cf Le Chef d’Oeuvre inconnu et les descriptions inspirées de peintures) mais il aime aussi à comparer les hommes et les animaux dans la tradition de la physiognomonie (méthode qui permettrait de juger du caractère d’une personne à partir des traits de son visage).

Le recueil Peines de coeur d’une chatte anglaise regroupe cinq nouvelles écrites par Balzac. Une des nouvelles porte la signature de George Sand mais elle ne serait l’auteur que du dernier paragraphe. Ces nouvelles sont des fables satiriques animalières dans la tradition des fables de La Fontaine et des contes philosophiques.

Lire la suite « Peines de coeur d’une chatte anglaise de Balzac »